Matière Matière Matière Matière

Intention
Iris Aguettant, directrice artistique

Notre recherche d'une parole vivante, d'un corps parlant, autrement dit d'un théâtre de la Présence, entre en résonance avec ce texte poétique de Pierre Teilhard de Chardin.
C'est ainsi que nous avons eu le désir d'engager une nouvelle étape qui nous fasse entrer en conversation avec ce texte et risquer une forme qui tente la traduction en trois dimensions de sa vision.
Teilhard de Chardin nous aide à nous situer comme étant partie d'un tout, à ne pas avoir peur, à considérer le monde comme ne pouvant pas échouer, à nous réconcilier avec la matière-esprit où fond et forme procèdent l'un de l'autre. Le désir d'associer Philippe Brame, photographe et Bertrand Boss, percussionniste et compositeur, à notre recherche trouve là tout son sens, passionnés qu'ils sont l'un et l'autre de la vibration et du vivant dans l'art. Sur scène ils seront trois, trois hommes : le prêtre, le prophète et le roi, ou encore Elie, Elisée son compagnon et le fou (ou l'enfant ou le musicien, selon les besoins). On pourrait dire encore : Le Père, le Fils et l'Esprit (ceci à comprendre comme références et non figurations, bien entendu !).

Ian Contreras Pratt directeur artistique

Teilhard fut un formidable non-conformiste de l'infini, ne se contentant en aucune manière de plus étroit. Sa vie entière il la passa à plonger dans le réel.
Le cœur épris de sa bien aimée matière, sans pour autant perdre le goût de l'éternité ; la première ne cessant de nourrir l'autre, il ne s'est jamais départi de sa quête d'une science belle, joyeuse, amie du genre humain.

Comme dit le poète chilien Pablo Neruda, il a fallu plonger, avec lui, nos yeux dans les flaques pour apprendre à contempler les étoiles.

Pour résumer cette profonde plongée ou longue marche de création avec Pierre Teilhard de Chardin, trois mots viennent aussitôt à l'esprit et un chemin :

La Consistance. Mot qui parle tout seul, qui se tient debout tout seul, solide comme un morceau de fer.
Il nous rappelle à notre propre matière, inépuisable capacité d'être et de transformation ... Toi qui bouleverses et toi qui construis …Réalité toujours naissante… Triple abîme des étoiles, des atomes et des générations.
La Contrainte. A se frotter quotidiennement à la consistance, l'inconsistance nous devient simplement insupportable, et alors, la contrainte quitte son masque de surveillant général pour devenir l'allié intime. Un aiguillon intérieur, comme un détecteur de densité qui vous garde en position d'éveil, toutes antennes dressées et sensibles à la moindre risée annonciatrice d'un bon grain de folie ou de sagesse.
La Confiance. Le fruit de ce spectacle ne se verra qu'au bout de la traversée. La confiance est la seule garantie et en fin de compte elle est le seul véritable travail qui nous revienne. Le reste est à laisser faire.
Le Chemin. Celui d'une forme qui se donne à voir, à entendre, à sentir. La forme d'un chemin qui « M » la Matière.